Actu

Une véritable scène de boucherie nocturne dans un champ de l’Oise

La cruauté des humains n’a point de limite, et cette histoire en est une fois de plus la preuve. Lundi matin, l’éleveur d’un petit village a fait une découverte horrible en allant voir son troupeau. Au lieu de retrouver ses animaux dans le même état qu’il les avait laissés, c’est plutôt dans une mare de sang qu’il les a retrouvés. Il semblerait qu’un groupe d’individus (toujours inconnu) aurait tué et découpé une vache, avant d’en blesser plusieurs autres.

Une scène à la fois triste et révoltante

Ce qui s’est passé à Oise dans la nuit du samedi au dimanche témoigne une fois de plus de la méchanceté gratuite qui peut habiter les hommes. Des individus se sont introduits dans une pâture à Bargny, dans le département de l’Oise et n’ont pas hésité à tuer et à blesser plusieurs des animaux qui s’y trouvaient. L’une des vaches a été abattue d’un coup de hache à la tête dans le champ, avant d’être trainée jusque sur la route. Les individus se sont alors mis à l’égorger et à la dépecer. Ses quatre membres ont été découpés, ainsi que les filets. Il y a eu également deux autres bovins qui ont fait les frais de la cruauté des malfaiteurs. Mais fort heureusement, ils n’ont pas succombé malgré les multiples coups reçus à la tête.

Mais qui donc sont ces monstres ?

Jusque-là, les personnes qui sont à l’origine de ce massacre n’ont pas été identifiées, et tout porte à croire qu’elles ne le seront peut-être jamais. Il n’y a eu aucun témoignage de la part d’individus qui auraient vu ou entendu quelque chose. Malgré la cruauté des faits, il semblerait que les malfaiteurs aient pris leur disposition. Le propriétaire de la ferme soutient toutefois qu’il ne peut s’agir d’individus qui connaissent parfaitement bien leur affaire. D’ailleurs, si jusque-là rien ne prouve qu’il s’agit bien d’un groupe et non d’une seule personne, il est convaincu que ce travail ne pouvait être réalisé par un seul individu. Il n’a pas hésité à porter plainte.

La scène était réellement horrible et pouvait facilement donner une petite idée de ce qui se passe généralement dans les boucheries, qu’il s’agisse de la Boucherie du Garlaban ou d’une autre. Pour la perte de la vache, le propriétaire a obtenu une indemnisation de 415 euros. Il ne compte toutefois pas en rester là et est bien décidé à aller jusqu’au bout. Il veut comprendre les raisons et les motivations de ce groupe.

Afficher
Cacher