People

Juliette Lemley, la fille de Sophie Marceau, en photo

Yeux d’amande verte étincelants, lèvres succulentes en forme de cœur, silhouette à daminer, charisme charmant, beauté naturelle qui coupe l’écran. Elle est la femme ce que le maître Alpha est pour l’homme ! Elle fait son retour en tant qu’actrice mais aussi en tant que réalisatrice avec son long métrage « Mme Mills, une voisine parfaite ».

| Par Bella Shtag |

Lire également : Alex Dreyfus explique l’objectif final de la GPL

« Les rêves sont mon bien » ! La Boum, devenue culte, raconte les premiers tourments d’amour de Vic Beretton. Présente dans le casting de l’album de Claude Pinoteau, Sophie Marceau, née Maupu le 17 novembre 1966, devient le symbole de toute une génération. Avec La Boum 2, elle remporte le César pour l’espoir de la meilleure femme.

A découvrir également : Mbappé a déposé ses valises dans le 16e arrondissement de Paris

Sophie Marceau est au Boum alors que la gifle est à Isabelle Adjani. Beaucoup d’entre nous ont grandi avec la comédienne à travers ses rôles. Certains ont même connu leur premier à voir la pointe de l’un de ses seins, pas hésiter à se permettre une seconde séance.

Ses prénoms changent et la vie continue. Vic est nommé Valentine, l’étudiant pour qui Vincent Lindon a un amour à première vue. À son tour, Anne connaît les joies d’être parent d’une adolescente dans Laughing Out Loud, morte de rire — en langage SMS.

De la vraie vie à la fiction, elle enflamme les cœurs ! Avec Depardieu, elle reflète la pureté et l’innocence de Madeleine au fort Saganne. Elle reprend les traits de Julie, fausse fille de Bébel dans Joyeuses Páques, joue la fille voyante dans Police et fait descendre Claude Brasseur (père de Vic) en enfer. L’éblouissant Fanfan marque les esprits, y compris celui d’Alexandre — Vincent Perez — qui en tombe amoureux. Dix ans plus tard, ils se sont réunis à l’écran dans Je reste. « Comme au cinéma, mettre Last but not least, le monstre sacré Alain Delon admet qu’il rêve de tourner avec Sophie Marceau avant de partir…

Quand tu aimes, tu ne comptes pas. A 26 ans de plus jeune, elle hypnotise le cinéaste polonais Andrzej Zulawski qui fait sa muse, sa compagne pour dix-sept ans et la mère de leur enfant, Vincent né en 1995. « J’avais une lumière claire qui est devenue de plus en plus claire au fil du temps. Un grand bonheur. Elle m’a donné le goût de vivre », confie-t-il à propos de celle qu’il appelait tendrement Zoska. L’adolescent, souvent dénudé dans L’Amour braque, se battra corps et âme pour faire accepter son amant, qui était l’âge de ses parents. Mes nuits sont plus belles que vos jours, The Blue Note et The Fidelity.

Dans un autre registre, elle se retrouve dans des films d’époque tels que Chouans, La Fille d’Artagnan, Anna Karenine et Marquise. Elle joue Isabelle de France dans Braveheart. « C’est une très bonne actrice, elle est extrêmement belle et française », un choix évident pour Mel Gibson, acteur, réalisateur et producteur de cette superbe fresque historique. Elle y trouve l’amour aux côtés du producteur américain Jim Lemley, le père de sa fille Juliette, née en 2002. Le film américain ouvre la porte à la saga James Bond : Le monde n’est pas suffisant. Le roi Elektra fera d’elle la James Bond Girl du 19ème opus de l’espion joué par Pierce Brosnan.

Star internationale, elle revient à ses premiers amours, les comédies françaises. Elle assure sérieuse en LOL, de l’autre côté du lit, elle lutte contre la routine du couple, est rattrapée par ses rêves d’enfance dans The Age of Reason, donne la réplique à Gad Elmaleh dans Un bonheur never come seul, déstabilise François Cluzet dans Une Rencontre et joue l’accro au sexe contre Patriiiiick Bruel dans Vous voulez ou vous ne voulez pas. Oui, on les veut !

D’une beauté troublante, elle est présentée dans le thriller Anthony Zimmer, dans les drames : Women of the Shadow, La Taularde, Une Story d’Ame. Beaucoup vendaient les leurs pour être dans les coulisses de Ne pas retourner où Sophie Marceau se transforme en Monica Bellucci.

De l’autre côté de la caméra ! Parlemoi d’amour, son premier long métrage semi-biographique lui a valu le prix de la mise en scène du Festival de Montréal à 2002. Sur le plateau de La Disparus de Deauville, sorti en 2007, elle aime à première vue son acteur, Christophe Lambert. Couple mythique du cinéma français, il annonce leur rupture sept ans plus tard. Commentant son statut de célibataire, elle dit : « Être ensemble avec deux est l’expérience la plus intéressante et la plus créative qui puisse exister. »

Dans son nouveau long métrage, elle raconte l’histoire de Hélène, éditeur de romans d’eau de rose, sa routine sera bouleversée par l’installation d’une nouvelle voisine, Mme Mills. Elle partage l’affiche avec Pierre Richard, « la grosse blonde avec une chaussure noire ». Denise Grey — Poupette — grand-mère de Vic (arrière-grand-mère en fait mais avec le dos c’était trop long) aurait aimé et probablement ajouté : le fils de Tootsie et Madame Doubtfire !

L’ actrice a muri et rayonne plus belle. La frange qu’elle garde depuis son adolescence lui donne un style juvénile. On osait presque lui demander de nous accompagner à un boom. Hé, Lol !

2002. Sur le plateau de La Disparus de Deauville, sorti en 2007, elle aime à première vue son acteur, Christophe Lambert. Couple mythique du cinéma français, il annonce leur rupture sept ans plus tard. Commentant son statut de célibataire, elle dit : « Être ensemble avec deux est l’expérience la plus intéressante et la plus créative qui puisse exister. »

Dans son nouveau long métrage, elle raconte l’histoire de Hélène, éditeur de romans d’eau de rose, sa routine sera bouleversée par l’installation d’une nouvelle voisine, Mme Mills. Elle partage l’affiche avec Pierre Richard, « la grosse blonde avec une chaussure noire ». Denise Grey — Poupette — grand-mère de Vic (arrière-grand-mère en fait mais avec le dos c’était trop long) aurait aimé et probablement ajouté : le fils de Tootsie et Madame Doubtfire !

L’ actrice a muri et rayonne plus belle. La frange qu’elle garde depuis son adolescence lui donne un style juvénile. On osait presque lui demander de nous accompagner à un boom. Hé,

Afficher
Cacher