Baghera Jones : biographie de la streameuse de jeux vidéos sur Twitch

Baghera Jones : biographie de la streameuse de jeux vidéos sur Twitch

Baghera Jones figure parmi les streameuses les plus suivies du moment. Intervenant principalement sur la plateforme Twitch, elle s’est fait une place dans le monde du jeu vidéo en streaming en France. Bien qu’il s’agisse d’un milieu très masculin, elle a réussi à se construire une communauté relativement importante. Mais concrètement, qui est Baghera Jones ? Trouvez les réponses dans sa biographie.

Les débuts de Baghera Jones dans le mode du streaming de jeu vidéo

Originaire de Neuchâtel, en Suisse, Baghera Jones est une streameuse qui fait du multigaming sur Twitch. Toutefois, avant de faire des vidéos de gaming, elle a suivi une formation de graphiste et a travaillé dans ce domaine. Dans l’ensemble, Baghera Jones, de son vrai nom Justine Noguera, n’a pas fini le lycée. En réalité, elle a commencé par faire quelques petits boulots et a effectué la formation de graphisme en alternance. Aussi, la jeune streameuse possède un diplôme appelé CFC en Suisse qui est l’équivalent d’un CAP en France. Justine Noguera travaille ainsi en tant que graphiste à temps partiel dans une entreprise Suisse et fait des streams durant ses temps libres. Selon la streameuse, elle vit de son activité principale de graphiste et non du streaming de jeu vidéo, bien que les deux activités marchent très bien.

A lire également : Quelles activités pratiquer lors d’un camping ?

En ce qui concerne les débuts de Baghera Jones dans l’univers du streaming, elle le doit à son frère. En effet, Justine Noguera faisait d’abord partie des vieweuses de MisterMV, puisque son frère lui a fait découvrir les vidéos de ce dernier. C’est ainsi qu’elle a voulu se lancer et essayer. Pour la streameuse en herbe, le son était le facteur le plus important à l’époque. Aussi, elle a économisé pour s’acheter un bon micro et s’est lancée dans l’aventure du streaming de jeu vidéo, un univers qui lui a tout de suite plu. En réalité, Baghera Jones n’avait aucune idée de l’aspect communautaire des jeux vidéo, raison pour laquelle elle a adoré le streaming.

A voir aussi : La mode du jogging slim pour homme

La participation de Baghera Jones à de nombreux évènements

Pour Baghera Jones, la principale raison qui la motive à faire du streaming de jeu vidéo est le fait d’avoir une communauté. Selon elle, l’argent n’est qu’un bonus, mais ce qui aide à tenir bon dans le fait d’être un streamer est la présence d’une communauté. Bien que le compte Twitch de Baghera Jones ait été créé en aout 2015, elle n’a commencé sur la plateforme qu’en 2018. D’ailleurs, le premier évènement d’envergure de l’apprenti streameuse était le Trackmania Cup 2018. C’est notamment durant ce tournoi qu’elle a trouvé sa voie dans le streaming. Cela, puisque Justine Noguera se dit être une exclue de la société durant son enfance et son adolescence. Aussi, le fait d’avoir une équipe était quelque chose qui avait une importance particulière pour la jeune streameuse.

Elle a ensuite participé aux compétitions de ZeratoR, le Zrt Cup. Outre les événements et les jeux multijoueurs, Baghera Jones joue également à des jeux solos de type RPG (Role-Playing Game), à l’instar d’Oblivion. D’ailleurs, ce dernier a particulièrement marqué l’enfance de la streameuse.

Les chiffres sur Baghera Jones en 2022

Née le 06 janvier 1996, Baghera Jones a 26 ans en 2022. Suivie par près de 275 000 abonnés sur la plateforme en ligne Twitch, Justine Noguera fait actuellement partie des streamers français les plus populaires. En effet, elle comptabilise environ 6,7 millions vues sur la plateforme.

Le choix de l’équipe de Baghera Jones

Participant à des évènements e-sports, Baghera Jones n’est pas d’accord avec l’exclusivité féminine et masculine. Selon la streameuse, les femmes et les hommes ont les mêmes capacités dans le domaine du gaming. Toutefois, les filles font encore l’objet d’une discrimination dans les compétitions, raison pour laquelle elle joue dans une ligue féminine. Elle espère juste que le secteur pourra se banaliser et que les garçons et les filles pourront jouer ensemble lors des compétitions.