Société

Quelle formation pour devenir traducteur professionnel ?

Le contexte actuel favorise la mondialisation des échanges. Les entreprises, quelle que soit leur taille, veulent être beaucoup plus présentes sur les marchés internationaux. C’est à juste titre, car il y a de nouveaux clients à conquérir pour une meilleure croissance du chiffre d’affaires. Pour franchir les barrières des langues et des cultures, les entreprises font recours aux compétences d’un traducteur professionnel pour proposer des contenus accessibles aux clients étrangers. Le métier de traduction prend alors de plus en plus d’importance. Toutefois, on ne s’improvise pas traducteur professionnel, on le devient au bout d’efforts, mais aussi grâce à des formations.

A lire aussi : Interview avec Le fondateur du site Lestendances.fr

Les différents types de traducteur professionnel

La traduction est généralement l’acte de transposer du contenu écrit d’une langue à une autre. Il existe trois principaux types de traducteurs ; il s’agit du traducteur littéraire, du traducteur technique et du traducteur juré.

Le traducteur littéraire se charge le plus souvent de la traduction de textes d’une langue à une autre. Évoluant généralement dans le secteur de l’édiction, il peut être responsable de plusieurs œuvres littéraires. Ce type de fournisseur traduction doit être en mesure de transmettre les moindres subtilités du texte sur lequel il travaille. Il doit être capable de s’adapter parfaitement au style de l’auteur tout en ayant une plume impeccable.

A lire aussi : Tout savoir sur les cartes culture

Le traducteur technique est spécialisé dans un domaine donné. Il doit souvent faire usage de vocabulaires pointus et techniques pour répondre aux exigences de ses clients. Il est généralement chargé de la traduction de guides d’utilisation, de notices ou de rapports.

Le traducteur juré quant à lui est un expert du domaine juridique. Professionnel de la justice, il évolue au sein des tribunaux et se charge généralement de la traduction des documents officiels.

Les formations requises pour devenir traducteur

Le métier de traducteur requiert des diplômes particuliers. Si vous désirez vous lancer sur ce chemin, vous pouvez commencer par les formations linguistiques. Vous devez ainsi opter pour un cursus universitaires en langues étrangères. Dans ce cas, plusieurs formations sont disponibles. Il y a par exemple la Licence de Langues Etrangères Appliquées (LEA) qui peut être une bonne porte d’entrée dans l’univers de la traduction. On distingue également la Licence Langues, Littératures, Civilisations Etrangères et Régionales (licence LLCER). Après la licence, vous pouvez approfondir vos connaissances à travers le Master Langues Etrangères ou le Master Langues Etrangères Appliquées.

Toutefois, les formations ne sont pas toujours suffisantes pour être un bon traducteur professionnel. Vous pouvez être amené à effectuer des séjours à l’étranger afin de mieux vous imprégner du style de la langue en question. Vous en profitez pour découvrir les spécificités de la langue tout en tenant en compte les cultures nouvelles.

Être traducteur professionnel demande également des qualités. Le traducteur confirmé est celui qui peut aisément s’adapter au document à traduire. Le traducteur doit également être discret, surtout s’il doit traduire des documents de grande confidentialité. Il doit pouvoir respecter une clause de confidentialité. Il doit être capable de respecter les délais de livraison pour avoir la confiance de ses clients qui veulent conquérir un nouveau marché.

Afficher
Cacher