Un chenillard dans la viticulture : un choix intelligent

Le travail dans les champs de vignes est assez méticuleux et l’expertise humaine y a longtemps prévalu. Cependant, c’est un secteur de l’agriculture qui n’a pas du tout échappé à la motorisation. Cependant, contrairement à la culture céréalière qui supporte plus facilement les engins lourds, il faut prendre beaucoup de précautions dans le domaine viticole. En ce sens, le chenillard est une alternative qui a fait ses preuves.

Les viticulteurs sont enchantés

Obtenir un engin capable de travailleur à leur place, les viticulteurs sont ravis. En effet, le monde de la viticulture a longtemps cherché des solutions astucieuses pour la réalisation de toutes les opérations culturales et d’entretien des vignes en puisant davantage au niveau de la mécanique agricole. Dès lors, pendant plus de 10 ans, des engins de manutention ont été réalisés, notamment un enjambeur multifonctions et d’autres modèles dotés de deux roues.
Cependant, ils étaient encore loin de mettre sur pied l’engin parfait et surtout capable de réaliser toutes les tâches ciblées. Finalement, c’est John Deere qui va proposer le premier spécimen qui se prête bien aux applications spécifiques d’un automoteur.

Avec un concept très bien pensé, le 8RT a été rehaussé de 93 cm pour obtenir un engin efficace dans la réalisation de toutes les taches de viticulture. L’appareil dispose aussi de deux roues suiveuses qui sont guidées hydrauliquement en fonction de la direction différentielle. De plus, les bras de relevage ont été remplacés afin de faciliter le déplacement de l’engin. Aujourd’hui, les concepteurs réfléchissent tous à la conception d’un autre modèle offrant plus de fonctionnalités dont le transport des outils hydrauliques.

Faire du chenillard un engin autonome

Au premier regard, l’engin ne va pas avoir de différence avec ce que l’on a l’habitude de voir. Cependant, les concepteurs envisagent de plus en plus de faire du chenillard une machine autonome. Il va alors disposer d’un caisson qui va abriter l’ordinateur, la tête pensante de la machine. Il pourra alors réaliser n’importe quel type de taches. Pour le moment, le prototype est déjà bien avancé et on risque de voir le premier engin du genre au d’ici 2020. En attendant, il faudra juste lui apprendre quelques manipulations et surtout à faire demi-tour. Les prochains engins qui seront produits vont, d’ailleurs, être adaptés au relief des zones viticoles, notamment les pentes. On devrait aussi avoir droit à des modèles hybrides avec un enjambeur surpuissant.